Vous faites le ménage chez vous, tout est reluisant. Mais une ou deux semaines plus tard, rebelote, il faut le refaire !

Vous mettez au propre les icônes qui polluent le bureau de votre ordi, vous triez vos dossiers … Ah quel bonheur de s’y retrouver ! Mais 6 mois plus tard …. c’est de nouveau le chantier !

C’est comme si le désordre finissait toujours par avoir le dernier mot …

Rassurez-vous, c’est même un principe fondamental de physique thermodynamique : dans un système, le désordre va inévitablement croissant.

Le problème c’est que ce théorème s’applique un peu partout. A commencer par le superflu et la complexité. Même avec la meilleure volonté du monde, le superflu finira par revenir au galop.

Adieu vos vœux de processus simples qui tournent tout seul !

Heureusement rien n’est définitif. Mais cela demande une discipline de fer pour garder les choses simples dans la durée !

4 questions à se poser avant chaque décision

Appelons la décision à prendre « X » et voyons un peu comment la triturer avant de choisir.

  1. Qu’est-ce qui n’arrivera pas si vous faites « X » ?
  2. Ce qui se passera si vous faites « X » ?
  3. Ce qui ne se passerait pas si vous ne faisiez pas « X » ?
  4. Qu’arriverait-il si vous ne faisiez pas « X » ?

Notez bien les subtiles différences entre chacune de ces questions. J’aime coincer ainsi le problème entre 4 murs car cela oblige à penser de façon créative, et à prendre du recul. C’est une manière d’y voir plus clair sur tous les aspects du problème, et sur les conséquences de chaque solution.

Ce petit jeu ne prend que quelques secondes et il donne une perspective particulière pour s’assurer que la décision à prendre ne va pas générer plus de difficultés qu’avant !

Procrastinez  !

Oui vous avez bien lu : procrastinez. Remettez au lendemain ! Ou du moins à petite dose…

C’est l’an 1513. Vous, un observateur caché, tombez sur le grand Léonard de Vinci en train de peindre son plus célèbre tableau, la Joconde.

Léonard regarde son tableau pendant 1 heure. Il scrute chaque détail,  étudiant toutes les possibilités dans sa tête. Il passe un temps de dingue à ne regarder que sa peinture … Et puis tout à coup, il donne un coup de pinceau.

Et il s’en va.

Il a fini sa journée.

Vous vous dites, « ce mec est le plus gros glandeur que j’aie jamais vu ! »

Cela a pris 3 ans à Léonard de Vinci pour réaliser la Joconde, et seulement une petite fraction de ce temps fut consacré à peindre.

Le temps qui n’y fut pas consacré a-t-il été vraiment gaspillé ?

Lorsqu’on est suffisamment détendu, on est en mesure de prendre du recul, de jouer avec ses idées et d’établir de nouveaux liens entre elles.

En n’essayant pas d’attaquer directement le problème en tant que tel, on va chercher ce fameux mode « Eurêka » ! Mais pour cela, il faut être relax !

La discipline dans la recherche de l’essentiel

Pour vous frayer un chemin dans une forêt équatoriale vous avez globalement 2 solutions :

  • tout raser au bulldozer
  • prendre une machette et découper liane après liane pour vous frayer un chemin.

Finalement on pourrait dire que tout le travail qui se présente à vous est comme cette forêt équatoriale.

Soit vous faites tout ce qui présente à vous, et en gros vous ne dites jamais non et vous êtes vite étouffé par la surcharge de travail. Burn-out.

Soit vous êtes dans la recherche de l’essentiel. Muni de votre machette, vous ciblez chacune de vos actions. Vous êtes à la recherche du chemin le moins coûteux en temps et en énergie, et c’est tout.

Cette recherche de l’essentiel qu’on a en ligne de mire n’est pas sans difficulté.

Premièrement, cela demande une analyse globale de la situation pour évaluer les pistes possibles, c’est ce que l’on a vu au début de l’article.

Deuxièmement, cela demande d’avoir un vrai processus dans le choix de ce qui ne doit pas être fait.

Si vous souhaitez vider votre placard, non seulement il faut déterminer les éléments à enlever, mais pour aller au bout de la démarche il est aussi nécessaire de savoir quoi en faire après. Allez-vous donner les vêtements ? Mettre à la déchetterie les jouets du petit ? et dans ce cas-là, quelles sont les heures d’ouverture de la déchetterie et avec quel moyen de locomotion s’y rendre ?

Bref, on n’improvise pas si aisément un tri efficace de son armoire !

En résumé

Le flux de choses à faire est permanent.

Vous pouvez faire pause de temps à autre, mais ça ne résout le problème que temporairement.

En parallèle, la complexité va toujours en s’accroissant. Là aussi, vous pouvez faire table rase et repartir sur des procédés plus simples, mais d’une manière ou d’une autre, la complexité finira par s’immiscer.

Pour être efficace, vous devez garder à l’esprit les 3 choses suivantes :

  • Analyser la situation dans sa globalité, et déterminer les conséquences de chaque décision.
  • Prendre du recul au sens propre : se retirer du problème, pour mieux y revenir avec les idées claires.
  • Agir avec efficacité pour maximiser votre dépense de temps et d’énergie.

***************************

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le sur vos réseaux sociaux, commentez-le en bas de la page, ou tout simplement un « like », ça compte beaucoup pour moi.

Vous en voulez plus ? Rejoignez plus de 1 000 personnes qui reçoivent la newsletter du blog qui partage conseils de bon sens et idées inspirantes.