Vous ne serez pas surpris si je vous disais qu’actuellement le temps court est à la mode : notifications sur le téléphone, raccourcissements des prises de décision en entreprise, like sur les réseaux sociaux, etc.

Quelque part c’est une bonne chose car ce temps court rythme nos journées d’une façon dynamique : on avance sur les dossiers, on partage des dizaines d’articles, on tourne à plein régime.

Maintenant, imaginez-vous vivre grandeur nature l’expression « pédaler dans la semoule » : vous êtes sur votre vélo, à fond, vos cuisses appuient sur les pédales, mais vos efforts ne mènent à rien. Tout autour de vous n’est que semoule, de touts petits grains, il y en a énormément mais le tout ne forme aucune réelle cohésion. Vous avez beau vous activer, aucun mouvement d’ensemble ne se crée vraiment.

Des petits grains aux grosses pierres

Changeons de lieu : vous êtes désormais devant une grande rivière, de grandes dalles de pierre émergent ici et là, et vous devez traverser. Vous prenez votre élan : vous sautez de grosses pierres en grosses pierres, votre mouvement est vif, et vous visualisez le cheminement des pierres sur lesquelles vous allez prendre appui. Vous voilà sur l’autre rive.

Que conclure de ces images ?

Vous pensez qu’en multipliant les tâches pour réduire le temps, en lisant des dizaines de tweets pour tout connaitre, vous allez avancer plus vite. C’est une illusion. Le temps court ne dilate pas le temps : tout le monde a 24 heures par jour, ni plus ni moins.

Ce qui va vous faire réellement progresser c’est le temps long : c’est cet investissement qui va consolider tous les petits grains de semoule en une grosse pierre, sur laquelle vous pourrez vous appuyer.

Qu’est-ce que le temps long ?

Détaillons ci-dessous quelques exemples de temps long pour vous donner une idée plus précise :

  • Lire un vrai livre, et pas uniquement des tweets en diagonale … Si c’est un livre de développement personnel, je vous recommande même de prendre quelques notes pour garder en mémoire un minimum de choses à propos de ce livre. 
  • Parler de vos difficultés ou de vos projets avec des gens qui sont passés par là avant vous
  • Prendre le temps d’écouter vos collègues, vos collaborateurs, vos fournisseurs, vos clients, votre famille, etc.
  • Accepter les erreurs des autres : soyez persuadés qu’on progresse mieux en ayant d’abord trébuché
  • Comprendre que dans la délégation d’une tâche vous ne pouvez pas exiger le même résultat alors que votre expérience est largement supérieure
  • Distinguer ce qui est essentiel dans la masse de tout ce qui est insignifiant
  • Prendre un temps de recul chaque jour, par exemple en méditant quelques minutes.

Dans la course qu’on joue chaque jour pour profiter de nos 24 heures uniformément partagées, il y a toujours des lièvres et des tortues. Le lièvre se prend pour une abeille en butinant de tweet en tweet pour se faire un joli pot de miel. C’est oublier qu’il faut des milliers d’abeilles pour faire quelques grammes de miel !

Comme disait La Fontaine il y a déjà plusieurs siècles … Rien ne sert de courir, il faut se hâter avec lenteur … 

Utilisez vos 24 heures avec discernement : vous avez le temps de prendre le temps.